Journal introverti

Education... pour le meilleur et pour le pire

Je rédige ici en partie ce que j’ai parfois sur le coeur. Je me censure pas mal quand même pour des raisons précises.
Le lectorat est limité mais il existe.
Je ne rédige pas avec la certitude d’être lu, l’éventualité que je le sois me suffit largement et me convient.

Il est assez fréquent dans les messages rédigés que les souffrances proviennent de carences ou de gaffes parentales.

ça m’interpelle car je suis parent de deux jeunes femmes de 32 et 25 ans… Elles auraient beaucoup à dire sur mes propres carences et sur mes propres gaffes.

Je ne me gênerais pas pour pointer l’éducation terrible que j’ai reçu avec un père inexistant, qui n’aura été qu’une ombre et une mère castratrice. Il m’est arrivé de me demander comment j’ai fait pour ne pas devenir dingue, mais j’en ai gardé des cicatrices : mon inhibition et mon introversion (on a les stratégies de défense que l’on peut).

Moralité : on traîne le fardeau de son enfance et on refile une partie à ses propres enfants. J’avoue être totalement impuissant face à cette implacable réalité.

Quand je lis certains messages parfois déchirants, je n’échappe pas au sentiment de culpabilité.

Quand on est jeune on se jure de faire différemment de ses parents, c’est ce que j’ai essayé de faire… mais on fait de toutes façons d’autres erreurs.

Comme le chantait Jean Ferrat : "Nul ne guérit de son enfance"