Journal introverti

← Retour au journal

novembre 2018

Fin de partie

Notre relation devient problématique. Lorsque les tensions et reproches s'installent trop souvent, c'est un peu comme un écheveau de laine.. on tire un bout, on tombe sur un noeud.. en défaisant péniblement un noeud on en crée un plus gros et plus serré encore un peu plus loin.. alors on s'étend, on prend de la place, on s'énerve... et ça complique encore plus la chose. Je n'arrive plus à savoir où j'en suis, si c'est moi qui déconne ou elle.. ou les deux. C'est moche et c'est triste (...)

La mémoire qui flanche

Le propre de l'homme est qu'il est selon l'expression d'un homme politique connu : "un gibier de l'instant". On peut toujours se moquer du poisson rouge qui tourne dans son bocal.. Nous sommes à notre niveau un peu pareils. Je suis très choqué de la semaine écoulée qui était marquée par une série de visites présidentielles. A chaque passage du Président, quelqu'un l'interpellait sèchement. La presse s'en est faite l'écho et par le fait même, la solennité due à la commémoration du grand massacre qui dura 4 ans est fréquemment passée au second plan. Je ne conteste pas la (...)

Ce que je ne suis pas...

Je ne suis pas aussi brillant que Régis Debray, écrivain, philosophe.. athée brillant et optimiste. Je ne suis pas Emmanuel Carrère, l'un des plus brillants écrivains français de notre époque. Ni Sylvain Tesson, un virtuose en son genre. Que dire de ceux et celles qui brillent dans plusieurs domaines ? Etc etc.. En dépit de tous les efforts que je pourrais faire, je dois me contenter d'être l'homme que je suis avec mes limites. Je ne trouve pas nul pourtant. Juste limité. On a tendance à avoir des idoles ou tout du moins à se comparer aux autres, c'est fatiguant, crevant, (...)

La vie est aussi faite de bonheurs simples

Il est heureux d'avoir des moments de grand bonheur. Cette chanson avait connu un grand succès en 1976. J'étais adolescent. J'aimais la mélodie, elle a accompagné une partie de mes jeunes années lycéennes. J'avais essayé de la retrouver grâce à la magie d'internet.. En vain. Le hasard d'une émission de radio sur le peuple berbère en général, kabyle en particulier m'a offert l'occasion de la réécouter et du coup, elle ne me quittera plus lorsque je voudrai en entendre la suave mélodie https://www.youtube.com/watch?v=8qcSdqc7QYo&list=RD8qcSdqc7QYo&start_radio=1 (...)