Journal introverti

← Retour au journal

mai 2018

Le temps

Le sujet devient une obsession. Le temps qui passe, le temps qui reste... La vie d'après .. ou pas .. n'est pas la préoccupation. Je fais partie de la vieille génération à présent... les repères des jeunes, leurs préoccupations, leur manière d'appréhender la vie ne sont pas à ma portée. Comme le dit le titre du roman de Romain Gary : "Au-delà de cette limite, votre ticket n'est plus valable". La première fois que je me suis trouvé face à la "limite" c'est lorsque j'ai regardé les livres de ma bibliothèque et que j'ai pris conscience que je ne pourrais matériellement pas (...)

Hypothèse

Dieu est une hypothèse... meurtrière. Des musulmans tuent des musulmans, des juifs tuent des musulmans, des musulmans tuent des juifs et des chrétiens, des chrétiens ont massacré des juifs (et seraient capables de remettre ça), des chrétiens soutiennent les juifs qui massacrent des musulmans, les bouddhistes tuent des musulmans... Bon, j'ai rien oublié ? Les armes ? Poignards, couteaux, fusils, engins explosifs et incendiaire, camionnettes et camions (!), bombes (bientôt nucléaires très probablement), gaz, pierres. Désolé, je suis pacifiste et je n'ai plus trop d'idées. Les (...)

Sous la cendre.. couve la braise

La sexualité est une vaste histoire pour tout être humain, F après 11 ans de vie commune m'a déclaré il y a quelques mois, de manière impromptue, entre la poire et le fromage et dans la foulée du pataquès provoqué par l'ahuri américain W, que les premières années elle n'avait jamais osé me dire non à mes envies. Pour moi qui ai une sexualité basée sur le jeu, la complicité, la fougue... la douche fut froide. Rien ne laissait présager cette réflexion de sa part car elle se montrait non seulement partante mais demanderesse. J'en ai pris mon parti et j'aménage mes envies en (...)

L'impossible et pitoyable aveu

S, la maman de mes enfants, m'a quittée un 1er juillet. Son agonie aura duré 24 heures. Même si sa leucémie prenait une forme redoutable, les soins devaient lui permettre de gagner au moins quelques années de vie. C'était sans compter sur un germe hospitalier contracté en chambre stérile ! Ma dernière visite a eu lieu le soir de son départ pour l'infini... Dans la salle où elle se trouvait je me suis retrouvé impuissant, désemparé, détruit par la redoutable réalité de la vie. Allongée et nue sur un lit, plongée dans un coma sans retour, mon regard ne pouvait se détacher (...)